Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 octobre 2017 7 15 /10 /octobre /2017 17:45

8 octobre à 14h06, le départ de Captrail pour une course contre la montre d'une vingtaine de kilomètres en équipe. Comme l'année dernière, nous avons défendu notre titre sur cette Gentleman Charron-Marans. L'objectif était d'arriver à une moyenne de 40 km/h...et non 39,5 mais bon, promis en 2018, les 41 kmh seront affichés au compteur !

Captrail voulait clôturer cette année sportive par une victoire en équipe mixte. Connaissant bien le parcours, la stratégie était simple : je reste devant tout au long du parcours et Mag dans ma roue en criant soit "HAUT" pour accélérer d'1 km/h soit "BAS" pour ralentir d'1 km/h.  La coordination a parfaitement fonctionné d'où un temps de 28'18'' soit 39,46 km/h de moyenne.

 

clm Gentleman de Charron-Marans 2017
clm Gentleman de Charron-Marans 2017
clm Gentleman de Charron-Marans 2017
clm Gentleman de Charron-Marans 2017
clm Gentleman de Charron-Marans 2017
clm Gentleman de Charron-Marans 2017
clm Gentleman de Charron-Marans 2017
clm Gentleman de Charron-Marans 2017
clm Gentleman de Charron-Marans 2017
clm Gentleman de Charron-Marans 2017
clm Gentleman de Charron-Marans 2017
clm Gentleman de Charron-Marans 2017
clm Gentleman de Charron-Marans 2017
clm Gentleman de Charron-Marans 2017

clm Gentleman de Charron-Marans 2017

Les conditions climatiques étaient idéales avec un léger vent de face au retour. Avec 331 watt de moyenne, Mag a réussi à garder sa roue à une vingtaine de centimètres pour....."drafter à mort !!!". Nous, qui prônons le NO DRAFTING en triathlon...mais bon, juste une fois ! 

Pour l'anecdote, j'affiche une moyenne de 347 watt sur 20 minutes. Il me reste encore du travail pour 2018 !

Captrail a retrouvé de nombreuses équipes du club de triathlon de La Rochelle. Une superbe ambiance et organisation (merci au VCCO) avec de nombreux cadeaux.

Captrail termine 1ère équipe mixte mais surtout 17 ème au scratch sur 53.

Quelques remerciements : à Laurent pour la voiture suiveuse, aux Cycles Mazerolles pour le test des roues Corima WS (pour Mag) et aux bénévoles de cette Gentleman.

Captrail vous met le lien du blog de la commune de Charron en raison de la magnifique photo...

La saison s'est donc terminée en couple sur une victoire, alors quoi de mieux !!!

Captrail toujours au chrono !
Captrail toujours au chrono !
Captrail toujours au chrono !
Captrail toujours au chrono !
Repost 0
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 08:44

Le 27 Août, Captrail a participé avec le club de La Rochelle Triathlon au contre la montre du triathlon du Grand Cognac. Une épreuve par équipe pour 750m de natation, 20 km de vélo et 5 km de course à pied.

Pour la constitution de l'équipe, un véritable casting a été mis en place...avoir les cheveux "poivre et sel", savoir mettre de l'ambiance, avoir des notions de triathlon, et surtout avoir la "compétition" dans le sang !!!!.

Lolo, Micka, JF, Jéjé, et moi-même, ont été retenus...Quelle équipe !!!

Mag faisait bien évidemment partie de l'équipe en temps que coach et reporter. 

Nous nous retrouvons donc à Cognac, ville très connue pour ...et non, pas pour son triathlon !

Retrait des dossards et petit pique-nique en équipe sur les bords de la Charente. Grand soleil et bonne ambiance (normal pour une équipe de haut niveau...). Après un café thermos (merci Mag), nous nous sommes isolés dans notre bulle de champion. Préparatif du matériel, choix des roues (chacun 2 roues !), et surtout mise en place de la stratégie.

Le règlement précisait que les départs à vélo et course à pied devaient être groupés avec tous les compétiteurs. Pour la prise de chrono, seul les 3 premiers à l'arrivée étaient pris en compte.

Pour la natation et le vélo, nous décidions de "pousser et /ou tirer" nos co-équipiers qui souhaitaient visiter Cognac (lire, les plus en difficultés physiques !). Une stratégie simple et efficace dans nos esprits...

 Après un échauffement dans la Charente, nous voici sur la ligne de départ. Ultra motivés et à soif de victoire, nous partons comme des missiles...mais la poudre à manquer et la cohésion s'est mise en place. Plus rien ne pouvait nous séparer!.

Nous nous relayons ensuite pour pousser les copains. Après 750m, nous sortons de l'eau pour une transition fulgurante. Nos machines n'attendaient plus que leur pilote... 

Et nous voilà partis pour 20 km à "bloc"! Un parcours avec quelques montées et une fois de plus, la cohésion s'est mise en place. Pousser les copains pour rester groupé (désolé Micka pour avoir parfois loupé ta selle et sentir ton séant musclé !). Une bonne séance de musculation et d'agilité !

Une deuxième transition rapide au cours de laquelle j'ai failli oublier d'enlever mon casque pour la course à pied (merci à Lolo de l'avoir remarqué). Nous sommes partis très vite. Un copain avait décroché et j'ai voulu l'attendre pour le ramener dans le groupe mais impossible alors les 3 meilleurs coureurs ont continué pour franchir la ligne en 1h21'19'' (26 ième sur 63 équipes).

Pour anecdote, et comme aucun arbitre ne m'avait arrêté, j'ai continué sur une boucle supplémentaire...IRONMAN oblige !!!

Une superbe expérience pour Captrail avec une devise simple : l'union fait la force.

 

Bravo à tout le club qui avait engagé 5 équipes et surtout à mes co-équipiers, Lolo, Micka, JF, et Jéjé.

Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Captrail dans les caves de Cognac
Repost 0
18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 07:56

Fin de l'Ironman et des vacances en Suisse, place à la reprise en "douceur" du sport !

Avant de vous décrire en quelques mots (voir quelques photos) ces somptueuses vacances, Captrail tenait à vous faire partager nos sensations et analyses de notre Ironman. Nous pourrions en parler pendant des heures mais rien de mieux qu'une "petite" synthèse qui nous l'espérons pourra aussi aider ou orienter d'autres sportifs...

L'avant ironman :

L'arrivée 4 jours avant permet de participer aux différentes reconnaissances encadrées tant du parcours vélo que du parcours natation (même si nous n'avons pas pu suivre ce dernier dans son intégralité à cause du trafic maritime sur le lac). Pour la partie cyclisme, nous avons roulé 70 kms (sur les 90 kms de la boucle) en se focalisant sur les difficultés de l'intérieur des terres. Même si les 1300 m de dénivelé positif sont "relativement" facile, la reconnaissance est à notre avis indispensable le jour J.   Pour la natation (le même jour), c'est sympathique de nager en groupe pour se mettre dans l'ambiance de la course avec en prime le bonnet de l'année dernière (tout ce qui est gratuit, rends plus fort) !!!

L'éternelle vérification de matériel, ce qui évite les surprises surtout pour le vélo (panne de DI2 l'année dernière) mais avec cette fois-ci la sécurité d'avoir un stand "docteur cycle permanent" au village de l'Ironman. Pour info, les 30 premières minutes de réparation sont gratuites, et les autres payantes.

Concernant la CAP, Captrail a pu courir la veille pour un "petit décrassage" mais...problème. J'ai du arrêter le footing (désolé Mag) en raison de douleurs aigües au bas du dos. Je vous passe les détails psy ("ce n'est pas possible, fait chi..., vais-je pouvoir courir demain ?,etc"). Seule  solution: voir les kinés du village Ironman. Quasiment bloqué, je me hisse sur la table de massage et là, plus d'une heure de NON PLAISIR. Grimaces, cris, bref tout cela exécuté méthodiquement par une femme...Mag rigolait ainsi que les autres membres du staff. Je sorts de la séance complètement "mort". Nous verrons bien le lendemain...

Une bonne nuit de repos et...

Pas de qualification pour Hawaii mais quelle expérience pour Captrail !
Pas de qualification pour Hawaii mais quelle expérience pour Captrail !
Pas de qualification pour Hawaii mais quelle expérience pour Captrail !
Pas de qualification pour Hawaii mais quelle expérience pour Captrail !
Pas de qualification pour Hawaii mais quelle expérience pour Captrail !
Pas de qualification pour Hawaii mais quelle expérience pour Captrail !
Pas de qualification pour Hawaii mais quelle expérience pour Captrail !
Pas de qualification pour Hawaii mais quelle expérience pour Captrail !
Pas de qualification pour Hawaii mais quelle expérience pour Captrail !
Pas de qualification pour Hawaii mais quelle expérience pour Captrail !

Le jour J :

Comme tout le matériel avait été déposé la  veille(3 sacs, vélo avec "couverture" sac plastique), nous étions sereins (quoi que !) de ce côté là. Petit déjeuner avec du gâteau sport (décathlon), quelques gellules de BCAA, de l'homéopathie (Arnica et cuprum metallicum) et surtout un bon café. Nous avions préparer une bouteille de produit isothonique (OPTANIA ISO+), 2 gels et nos bidons (Amino énergie) pour nos vélos. Sans oublier la pompe pour regonfler les bikes au cas où et la combinaison de natation.

Arrivée juste avant l'ouverture du parc, Captrail n'était pas en mode stress. Tout était calme et une atmosphère de quiétude totale régnait sur le village Ironman. Nous nous affairons au gonflage des pneumatiques (pour info, des pompes étaient mise à disposition), vérification du Di2, mise en place des gourdes et du compteur, réglage des vitesses pour le départ. Prévoir de la lumière où les téléphones portables pour les dernières photos. Ultime reconnaissance du trajet depuis la sortie de la natation, T1 avec le sac bleu et T2 avec le sac rouge. C'est très important pour éviter de perdre du temps (en se trompant de portique des sacs par exemple). Nous retrouvons un ami du club de triathlon de La Rochelle. Cela fait plaisir.

Direction la tente pour s'équiper et déposer le dernier sac Blanc pour l'aprés course. Nous gardons notre bouteille de produit ainsi que nos gels pour rejoindre la zone de départ. Echauffement terrestre puis dans l'eau avec la bonne humeur. Nous sommes à ZURICH SUR UN IRONMAN ET EN VACANCES !!!

Derniers bisous et nous regagnons nos sas de départ. Quelle ambiance pour ce rolling start. Les pros partent vites (comme d'hab !) puis toutes les 2 secondes les vagues s'enchaînent.

 

captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017

captrail : IRONMAN de ZURICH 2017

Cyrille :

Et c'est parti pour 1 heure maximum (prévue). 200 m d'accélération puis prise d'allure. Un véritable plaisir. Le lac est calme et le rolling start permet de ne pas trop se retrouver dans "la machine à laver". 

Au bout de 3,9 km (et non 3,8 km) 1h03 (1'39/100 m et 165 ième) de nage (leçon 1 : déception car je n'ai pas accélèré malgré la fraîcheur physique...no comment ! ) puis une transition en 04'33'' (leçon 2 : il fallait courir plus vite en sortie de l'eau !), je chevauche mon vélo pour 180 km. Je m'étais fixé 5 h maximum. 8 minutes de retard au premier 90 km, puis, malheureusement, j'ai moins regardé mon compteur pour garder ma puissance fixée (leçon 3 : il faut croire en soi et surtout en ses entraînements et non ce dire que j'allais peut-être exploser !!!!). Grave erreur d'où un finish en 5h39 (31,9 kmh de moyenne et 323 ième).        

Transition en 3'09 et c'est parti pour le marathon. J'ai eu du mal à démarrer en raison d'une légère contracture au vaste interne du quadriceps droit (leçon 4 : hauteur de selle légèrement trop basse et certainement compensation de la jambe gauche en raison du développement musculaire du mollet suite à la rupture du tendon d'Achille gauche). Le moral n'était pas au top au vue du retard sur mon programme. La qualif à Hawaii ......!!!!!!! (leçon 5 : travail sur le psy). Sous ma visière de casquette (merci Mag pour l'idée), je prends  mes doses d'homéopathie scotchées dans un bouchon plastique (voir la photo lorsque je le prends). Je parts sur mon GHOST à 4'40 comme à l'entrainement. Mais....pas de motivation, de "niaque". Après quelques minutes, les jambes ont été retrouvées mais pas la tête. Je décide de marcher à chaque ravitaillement (leçon 6 : faites ce que je dis mais pas ce que je fais ! et je n'avais pas prévu de marcher, surtout pas !!!!! mais à raison de 6 ravito par boucle de 10 kms, faites le calcul !). Je me mets sur mon allure d'ultra trailler (entre 9,7 et 10,2 kmh) et la descente aux enfers commence...4H38' et l'arrivée IRONMAN......

YOU ARE AN IRONMAN...mais pas qualifié !!!

captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017

captrail : IRONMAN de ZURICH 2017

Faisant abstraction de cette déception, je voulais savourer cette dernière ligne droite. Je prends mon temps et conscience de la chance d'arrivée en "bon" état sur cet épreuve. Profiter pleinement (leçon 7 : cette fois ci j'ai réussi à apprécier le moment présent). 

En chiffres : 11h29'08 / 448 sur environ 1500 participants ayant pris le départ et non inscrits / 79 ième de ma catégorie 40-44

 

captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017

captrail : IRONMAN de ZURICH 2017

Magali : 

Le départ est tout proche et pourtant j'arrive (pour une fois) à contrôler le stress en rationalisant tout ce qui peut faire monter l'adrénaline : Les vélo sont prêts, tout le matériel a été testé à l'entrainement, j'ai déjà fait une distance ironman ça fait mal mais ça va le faire ! Nous sommes à Zurich, les conditions sont magnifiques et j'ai la chance de vivre une expérience unique que la plus part des gens ne vivront jamais de leur vie ! Les pro s'élancent, puis le sas de Cyrille et voila mon tour. Objectif 60 à 70 minutes pour la natation. Le rolling start est super confortable, et me voila dans l'eau ! Petit à petit je remonte des groupes, je prends un grand plaisir à nager et j'ai vraiment l'impression de glisser. Pour une fois ça passe vite et l'arrivée est en vue ! 1h09 objectif 1 atteint ! Je retrouve mon vélo sans souci au milieu du parc qui est encore bien rempli ! En avant pour l'objectif 2 qui est en théorie mon point fort. Je galère pour mettre en route ma montre et mon compteur, après quelques mètres toujours pas de cadence...tant pis il faudra faire avec, en mode à la sensation ! C'est parti pour 30 km de plat le long du lac, je joue la prudence au départ mais je me rends vite compte que je ne suis pas de tout dans l'allure qu'il faudrait, pas grave ! il reste encore beaucoup de chemin !  Je double quelques filles, c'est bon pour le moral ! Le parcours est magnifique et je me régale ! Les relances s'enchaînent mais je reste prudente car la dernière difficulté du parcours située à 90 km  (la bien nommée heart break hill), est une belle bosse courte mais intense, de celle qui peuvent faire cramper le plus vaillant des cyclistes ! Finalement, elle passe assez bien dans une ambiance tour de France ou tous les spectateurs sont massés en haut du col ! C'est top, j'en ai la chair de poule ! Maintenant il n'y a plus qu'à refaire le parcours pour la seconde et dernière fois ! Re 30 km de plat, cette fois le vent est plus fort et c'est long !!! Très monotone ! je commence à sentir que les jambes sont lourdes, il me tarde de retrouver le relief vallonné pour changer de position !  A partir du 120 ème kilomètre j'ai un gros coup de fatigue dans la montée "the beast" (elle aussi bien nommée !) impossible de mettre du rythme, je n'ai plus de force dans les bras je n'ai qu'une envie dormir ! Plusieurs filles me doublent, j'essaye d'accrocher sans succès ! A 140 km c'est un faux plat montant, je traïne encore ! Je me reprends en me disant : tu n'as plus de bras mais c'est les jambes qui te servent et de ce cote là ça va ! Tu en es à 140 km une grosse descente et heart break hill en moulinant ça va passer ! Après c'est fini pour le vélo ! Et ça marche ! Je retrouve un peu plus de rythme et de courage ! Finalement je pose le vélo en 6h17 à plus de 40 minutes de mon objectif !!

Objectif 3 le marathon ! je décide de faire le maximum en courrant, j'ai l'impression que les jambes répondent pas trop mal, je prends une allure footing à 10 km/h sans souci, le parcours est tellement beau que les 10 premiers kilomètres passent sans souci, un gars me double avec une allure de métronome, je me cale dans ces pieds en me disant que tout ce qui peut être fait derrière un lièvre est plus facile ! 1 tour est demi de plus mai finalement je lache ! Je me motive en me disant que je suis dans mon troisième tour ! Chaque mètre passé me rapproche de mon dernier tour ! Au passage j'en profite pour regarder l'horloge, rapide calcul: il ne va pas falloir mollir pour passer sous les 12h ! J'arrive enfin au dernier chouchoux (c'est pas les cahuets ! c'est un choux choux par tour ! )  la ligne n'est plus qu'à quelques mètres !!!  Pom pom girls et tapis rouge comme dans les vidéos que l'on a tant regardé  à un détail prés : Cyrille est au bout de la ligne bras grands ouverts !!! On a fini tous les deux ! Je tombe dans ces bras en larme ! C'est fait !!! 11h45 d' effort, bien loin de l'objectif mais qu'elle super aventure ! Je termine donc en 11h45 14 eme de ma catégorie sur 34, 48 eme féminine sur 159 et 541 eme au scratch.

 

 

captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017

captrail : IRONMAN de ZURICH 2017

Au résultat, 

 

 

 

 

captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017

captrail : IRONMAN de ZURICH 2017

captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017
captrail : IRONMAN de ZURICH 2017

captrail : IRONMAN de ZURICH 2017

Enfin le bilan des 5 mois et demi :

Les + :

- répartition des horaires d'entrainement en fonction du travail

-  suivi des différents cycles (méso,macro,etc)

- gestion de la fatigue et de la motivation 

- qualité et fiabilité de notre matériel (vélo, capteur de puissance, combinaison, tri fonctions,etc)

- gestion de l'alimentation et du poids de forme

- augmentation de la puissance à vélo

- superbe épreuve IRONMAN (localisation, organisation, ambiance,etc)

Les - (c'est l'essentiel) :

- volume global d'entrainement au marathon (bonne qualité mais pas assez)

- moral de "gagneur compétition" (un gros travail à faire pour retrouver cet état d'esprit !)

- faire confiance au capteur de puissance

- faire confiance dans le développement de sa "cylindrée" grâce à l'entrainement. Nous n'étions pas encore convaincus que nous pouvions maintenant repousser plus loin nos limites (aucune crampes sur l'Ironman ! 

Juste une chose dans les -, augmenter son pouvoir d'achat pour vivre en Suisse !!!!

Repost 0
26 décembre 2016 1 26 /12 /décembre /2016 11:55

Après quelques semaines d'allègement de l'entrainement, CAPTRAIL se plonge de nouveau dans l'analyse de ses 2 courses du marathon de La Rochelle.

Le bilan est simple : 50% de réussite pour CAPTRAIL mais 100% pour Magali.

De mon côté, l'objectif était un 3h05 sur ce marathon relativement roulant. Au bilan, 3h59min40 sec. Le plus mauvais temps de tous mes marathons...mais c'est la compétition !

L'analyse : La veille, une superbe nuit de sommeil sans réel tracas ni stress particulier. Pour le petit déjeuner, le traditionnel gatosport amandes d'Overstim's (qui réussit à CAPTRAIL depuis de nombreuses années), un café et un jus d'orange (un vrai !). Toutes nos affaires ayant été préparées la veille, j'avais juste à enfiler ma tenue sous oublier mes calf Compressport (rôle de maintien du mollet, facilitateur de retour veineux et absorbeur de "choc" - retour d'impact de la route-). Direction la ligne de départ en courant (à peine 10 minutes de la maison). Après le traditionnel bisous avec Mag, nous rejoignons nos emplacements respectifs pour le départ. En effet, les femmes sont dans un autre sas.

Je prépare ma montre SUUNTO avec l'application GHOST 4'30 (au mille) soit 3h09 mais je prévoyais d'accélérer au 35-36 kms pour rentrer en 3h05. CAPTRAIL a toujours travaillé avec cette application car il est parfois difficile de s'adapter aux allures d'autres concurrents qui courent avec vous, alors le "copain fantôme", c'est véritablement profitable et sécurisant (sauf qu'il est peu loquace !!!!). Que de monde pour ce marathon et quelle ambiance ! Tout simplement magnifique. 

Le départ est donné et je me cale aussitôt sur la montre. Pas de soucis et d'excellentes sensations. Je dépasse l'endroit ou je me suis bloqué le ménisque l'année dernière, snif, mais j'ai déjà bien progressé !!!!!!!. Après le scan de mon corps (analyse personnelle des sensations), tout paraît normal donc que du plaisir. Au semi, en 1h37 soit 4'35 donc un léger retard mais tout allait bien. J'accélère un peu et 3 km plus tard....douleur à ma déchirure au ischio (haut du biceps fémoral). Obligé de ralentir et la descente aux enfers a commencé. Le moral a quitté "le corps" et je n'ai pas pu le rattraper ! J'avoue que je n'ai pas lutté mais c'est une autre histoire (le plaisir du marathon, c'est pas comme le plaisir de déguster une tarte aux fraises !).  Au 30 ème km, j'était en 4'55 au mille puis au 38 km, des crampes au crural gauche qui m'ont obligées à m'arrêter.  Ayant déjà abandonné l'année dernière, je me voyais mal réitérer l'opération surtout que 4 kms....au vue des douleurs en ultra trail, ce n'est pas grand chose. Je termine "lamentablement" en 3h59.

Pour l'anecdote, je n'ai pas vu Mag me dépasser au 27-28ème km...car pour sauver "l'honneur masculin", je serais peu être reparti avec elle sur la base de 4'55 (honneur masculin oblige !)...

 

  

 

Analyse pour CAPTRAIL du marathon de La Rochelle 2016
Analyse pour CAPTRAIL du marathon de La Rochelle 2016
Analyse pour CAPTRAIL du marathon de La Rochelle 2016
Analyse pour CAPTRAIL du marathon de La Rochelle 2016
Analyse pour CAPTRAIL du marathon de La Rochelle 2016

Pour Magali :

De mon coté l'objectif était plus modeste : 3h30 au marathon, c' est également le temps que je devrais réaliser pour espérer une qualification pour Hawaï en triathlon, après 3.9 Km de natation et 180 Km de vélo....

Dans le sas des filles, ça bouscule moins que dans celui des garçons, du coup je prends un départ rapide en avance sur mon partenaire fantôme fixé à 4.55 minutes au 1000, et pourtant j'ai l'impression de ne pas avancer tous le monde me double !

A la jonction avec les garçons à 3.5 Km je suis devant le marqueur d'allure des 3h15 !!! Je lève progressivement le pied pour retrouver mon allure de référence. Au 20 eme kilomètre je retrouve François, membre du club de tri il m'avait proposé quelques jours plus tôt de faire le lièvre pour m'aider à tenir mon objectif.

Mes sensations sont bonnes, mon cardio en dessous des valeurs d'entrainement, le soleil est au rendez-vous (ce qui est rare à La Rochelle), arrive le 25 eme kilomètre, les jambes commencent à être dures, je reste fixée sur les pieds de François pour garder l'allure !

Nous passons Cyrille sans le voir. Au 34 eme c'est la crampe: mes orteils droits se recroquevillent dans ma chaussure, c'est pas top pour courir ! Je respire et tente de détendre mon pied, au final ça passe au bout de 800 mètres heureusement !

Nous sommes toujours dans les temps même si le maintient de l'allure me demande de plus en plus de volonté. Le marqueur d'allure du 3h30 nous dépasse, je tente de restée accroché mais l'arrivée sur le secteur des minimes dans une légère montée a raison de mes efforts, j'ai environ 400 mètres de retard ! François accélère le pas pour rattraper le retard, je prends sur moi, au final le but est proche, le retard n'est pas énorme, un gel pour me redonner l'énergie nécessaire pour accélérer et raccrocher, et ça marche ! Je lève les yeux les 3h30 sont a quelques mètres !

Il ne reste que quelques kilomètres, les quais du port de La Rochelle sont tout proches, je reste concentrée pour ne pas me laisser submergée par l' émotion, et perdre du temps, je pense aux conseils de Stéphanie: Dans les derniers kilomètres on pense y être mais le temps défile vite, du coup je ne pense qu'à une chose, ne pas ralentir et finir en 3h30 !

Nous passons la ligne avec François en 3h29 et 54 secondes : just in time ! vous avez dit gestion de l'effort. 

Conclusion, je suis vraiment contente d'avoir passé le seuil stratégique des 3h30, qui me place 25 eme fille de ma catégorie, mais pour moi ça reste une étape, il va falloir beaucoup travailler pour atteindre la même vitesse avec la fatigue de la natation et surtout du vélo dans les jambes et sans lièvre !

Un grand merci aux calf de François, que j'ai fixé pendant des kilomètres, à tous les amis que je n'ai pas vu sur le bord de la route, et surtout à Cyrille pour son soutien et la conception de notre entrainement !

A très bientôt pour les nouvelles aventures de Captrail

 

 

Analyse pour CAPTRAIL du marathon de La Rochelle 2016
Analyse pour CAPTRAIL du marathon de La Rochelle 2016
Analyse pour CAPTRAIL du marathon de La Rochelle 2016
Analyse pour CAPTRAIL du marathon de La Rochelle 2016
Analyse pour CAPTRAIL du marathon de La Rochelle 2016
Analyse pour CAPTRAIL du marathon de La Rochelle 2016
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de captrail
  • Le blog de captrail
  • : Vous faire partager notre passion du trail et du triathlon : Après les Pyrénées Orientales et l’île de la Réunion, de nouveaux défis nous attendent en Charente Maritime et à travers le monde. Pour 2017 objectif: Une qualification pour le championnat du monde triathlon à Hawaï.
  • Contact

Recherche