Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 08:27

Captrail s'est inscrit le 27 mai dernier au triathlon du Pont (Sireuil) pour ouvrir sa saison. Un format non conventionnel avec ses 3 km en rivière, ses 80 kms (800 m de D+) et ses 20 km de course à pied sur un terrain vallonné.

Arrivés la veille, nous avons pu retirer non dossard rapidement afin de pouvoir reconnaître le parcours cycliste qui nous a été vendu comme "exigent". 4 boucles de 20 kms avec effectivement quelques montées "sympathiques".

Le moral est au bon fixe et Captrail était présent pour faire un premier bilan sur ses allures de course en vue de l'Ironman de Zurich.

Après la vérification de notre matériel et surtout de mon DI2 (mauvais souvenir au Frenchman l'année dernière !), et une "petite" bière, une bonne nuit de sommeil pour un réveil en mode vacances car l'ouverture du parc n'était qu'à 08h00 !

 Le jour J :

- 06h00 : réveil et gonflage des pneumatiques. Préparation des bidons, des tubes de gel, Vérification des GPS et montres. Puis, le petit déjeuner avec un gâteau sport, pain miel et confiture, café, jus d'orange et des comprimés de BCAA. Chargement du matériel dans la voiture et nouvelle vérification (vive les psychopathes !!!).

- 07h30 : arrivée dans Sireuil et attente de l'ouverture du parc. Pas de stress et nous retrouvons les amis du club de triathlon de La Rochelle.

- 08h10 : les arbitres nous demandent de rentrer. Vérification habituelle et nous retrouvons nos emplacement. Chacun dispose ses affaires pour la T1 et T2. Réglage du vélo pour éviter de partir sur du "gros braquet" !

- 09h30 : embarquement dans les bennes tirées par de superbes tracteurs. Une véritable ballade champêtre pour nous amener à notre point de départ 3 km en amont. Ambiance garantie !

- 10h05 : début de l'échauffement pour pouvoir partir relativement vite et éviter de faire comme d'habitude : "je ne suis pas bon alors je reste en retrait !". La rivière (La Charente) est limpide avec quelques algues flottantes. Nos combinaisons réagissent bien (seulement un essai en mer 2 jours avant - pas bien !!!-). Pour tous ceux qui nous ont parlés de "tu verras, tu fais la flèche et tu te laisses descendre au gré du courant..." et bien non pas cette fois !   

- 10h15 : départ des féminines puis à 10h30 c'est notre tour.

 

 

captrail triathlon du pont de Sireuil
captrail triathlon du pont de Sireuil
captrail triathlon du pont de Sireuil
captrail triathlon du pont de Sireuil
captrail triathlon du pont de Sireuil
captrail triathlon du pont de Sireuil
captrail triathlon du pont de Sireuil
captrail triathlon du pont de Sireuil
captrail triathlon du pont de Sireuil
captrail triathlon du pont de Sireuil
captrail triathlon du pont de Sireuil
captrail triathlon du pont de Sireuil
captrail triathlon du pont de Sireuil
captrail triathlon du pont de Sireuil
captrail triathlon du pont de Sireuil

captrail triathlon du pont de Sireuil

Comme d'habitude, à chacun sa description...

Cyrille : un bon échauffement avant le départ pour faire monter le coeur. Une grande nouveauté !. 10H30, le départ est donné et plus le temps de penser à rien. Que du plaisir!.

La nage est fluide et la vitesse du départ est maîtrisée. Pas d'essoufflement et de bonnes sensations. Puis, à cause d'une trajectoire décalée vers le milieu de la rivière, je me suis fait ralentir dans les algues. Bras pris et obligé d'utiliser les jambes pour sortir de ce piège...

Dommage pour la moyenne mais bon, respectons la bio diversité !!!!

L'allure a été reprise et le pont de Sireuil est en visuel...mais une fois de plus, voulant doublé un groupe de concurrents, j'ai retrouvé mes amies....les algues !!!!!

Toujours la même technique de "sauvegarde" mais une fois de plus, je ralentis. Je sors en 44'58''. Pas top mais j'ai eu une course BIO....

La T1 se présente mieux que l'année dernière grâce à la trifonction (Santini sleek 2.0). L'anecdote suivante va vous faire rire mais c'est une technique ancestrale (et par conséquent respectueuse !) DONC PAS DE MOQUERIE...

Je monte sur mon vélo et tout se passe pour le mieux (1'29'').  Et à ce moment, je pense à mes lunettes de natation. Ne me demandez pas pourquoi...

Je revois toute la T1, essaie de me focaliser sur mes lunettes. Rien. Et à ce moment, je touche mon cou. Yes, mes lunettes (pas de rires, merci!). Et me voilà, entrain d'enlever celle-ci en gardant mon casque par peur d'être éliminé. Au secours !!!

Au premier tour, je reste prudent. Quelques montées et un peu de vent dans les lignes droites mais tout va bien. Le deuxième tour, je me dis qu'il faut gérer pour la CAP. Le troisième tour, je ne veux pas m'accrocher à des concurrents qui me double. Et puis, nouvelle anecdote, j'entends quelque chose tombé sur la route, je me retourne et vois au loin un objet vert. Je pense à mes lunettes et sans vérifier, je fais demi tour. Je croise 2 concurrents qui me regardent bizarrement !  J'arrive sur cet objet et ....c'est un tube de gel. Mes lunettes étant dans la poche dorsale. MOIIIIII, je respecte la nature....donc je ramasse mes gels !!!!!

Dernière boucle, et je pense déjà à la CAP. La chaleur a fait son apparition.

La T2 met un peu de temps mais tout se passe comme prévu. Quelques gorgées et quelques gels en poche et place à la course. Les jambes répondent bien mais je reprends un rythme d'ultratrail. Mode économique. Les montées passent en courant et la vie est belle !

J'accélère un peu à la dernière boucle. La chaleur est très lourde et de plus en plus de concurrent marche un peu.

Arrivée en 05h02 à la 36 ème place. 

Analyse : 

- Natation : revoir la prise de trajectoire même si la présence des algues....

- T1 : garder les chaussures sur le vélo et revoir méthodologiquement la bonne gestuelle (timing)

- Cyclisme : mauvaise gestion. Et ne pas faire demi-tour !!!!

- T2 : revoir la méthodologie (comme T1)

- CAP : travailler avec un GHOST SUUNTO pour partir à l'allure IRONMAN. Plus de mode gestion ultratrail !

- Bilan : très déçu mais enrichissant. Je ne suis pas certain quant à cette épreuve pour caler ses allures sur Ironman. Voir je la déconseille (désolé oliv !). 

 

Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison

Magali :

A mon tour de vous faire le bilan de cette course, de mon coté la course a commencé plusieurs semaines à l'avance. J'ai étudié en détail les résultats des années précédentes la première fille a fait une moyenne de 33km/h en vélo et c'est précisément ce que je devrais faire à Zurich, donc voila déjà mon premier objectif ! 2 eme objectif pour cette compétition tester mon matériel : Mon vélo CLM qui fera sa première course longue distance et surtout ma nouvelle tri fonction (j'aurai l'occasion de vous faire un article détaillé sur cette longue aventure !).

Et me voila devant mon espace dans le parc à vélo, je pose tout mon matériel et je me rends compte à quel point je n'ai pas du tout anticipé mes transitions !!!
Au final tous mes gels et le matériel de sécurité seront en vrac dans les poches de ma trifonction...

Il est temps de prendre le départ ! Les filles ont droit a un départ anticipé, et ça part vite ! 2 filles prennent la tête de course et 10 mètres derrière nous sommes deux en embuscade. Petit à petit je remonte sur la tête de course et je me cale juste dans les pieds pour m'économiser au maximum. Le pont de Sireuil est en vue et nous sommes 4 filles à sortir en même temps de l'eau, mais je suis la dernière à partir du parc à vélo ! Mettre les gants et la montre me fait perdre un temps considérable !

Les premiers kilomètres en vélo sont difficiles, je sens que les jambes sont lourdes, mais je rattrape rapidement 2 filles pour me placer en 2 eme position à quelques minutes de la première. Les kilomètres passent et les jambes reviennent un peu, je regrette de ne pas avoir suffisament équipé mon vélo, j'ai du mal à prendre mes gels dans la trifonction....je contre l'attaque de la 3 eme fille dans la 3 eme boucle et je termine la partie vélo avec un peu d'avance.

Nouvelle transition, nouvelle perte de temps ! Je pars avec ma chambre à air dans la tri fonction (très utile en course à pied au cas ou je crève !) et des jambes en bois. La 3 eme fille me double dès le départ à pied, on nous avait prévenu de côtes sur la parcours pédestre et en attendant de voir je pars très/trop cool. la chaleur augmente, mais pas ma vitesse, impossible de mettre du rythme ! Au début du dernier tour la 4 eme fille me double,c'est un coup dur ! Je passe la ligne avec soulagement ! Enfin cette course à pied et terminée ! Et dire qu'il va falloir faire le double à ZURICH ! Il y a encore du travail !

Conclusion :

Très bonnes sensations en natation, je suis étonnée d'avoir bien géré et économisé mes jambes, pour le vélo c'est pas trop mal mais je suis très loin de l'objectif 33km/h de moyenne (la première est à 31.6 km/h) No comment sur la course à pied, si il n' y a personne a suivre ou un ghost il est très difficile de se motiver pour tenir un rythme 

Toutes les transitions sur le stand et l'enchaînement sont à travailler, mais je sais maintenant comment équiper mon vélo pour ZURICH !

A final cette course nous a permis de mettre le doigt la ou ça fait mal pour travailler les points faibles avant Zurich ! 

 

 

 

 

 

Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison

Enfin, un bon week end en amoureux et vive les primes et les bouteilles de Pinot !

Extrait des résultats

Extrait des résultats

Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Triathlon de Sireuil, première compétition de la saison
Repost 0
12 juin 2016 7 12 /06 /juin /2016 17:55
Suite au FRENCHMAN, les TOPS et les FLOPS !

Bien qu'arrivant sur de la longue distance en triathlon, CAPTRAIL voulait vous faire partager ce qui a fonctionné ou non sur cette première épreuve du FRENCHMAN à HOURTIN.

Pour tout ce qui a été positif, nous appellerons cela les TOPS et pour le négatif, les FLOPS !

Pour les FLOPS....

Dans la catégorie matériel,

1/ NE PAS TESTER SON MATÉRIEL, la veille de l'épreuve avant de rentrer dans le parc.
En effet, la panne de DI2 la veille, m'a occasionné un stress non négligeable fort consommateur en énergie !
Avant de mettre le vélo au parc, faites un petit tour pour vérifier les réglages qui auraient pu souffrir lors du transport. Cela aurait permis de faire réparer le vélo par un spécialiste même si le câble de la manette électrique du prolongateur (shifters) n'est pas toujours en stock en magasin.

2/ NE PAS METTRE DE SAC DE FIN DE COURSE.
Le fait de ne pas avoir l'habitude de tous ces sacs (4), CAPTRAIL a oublié de mettre ses affaires de fin de course dans un sac. reconnaissons cependant que l'organisation avait remis qu'1 seul sac GEAR donc nous l'avions gardé pour le ravitaillement personnel des 120 kms en cyclisme. Faute à CAPTRAIL, mais aussi peut-être à l'organisation en raison de cet unique sac. Le sac de fin de course est important pour se couvrir mais surtout pour commencer son process de récupération alimentaire.

3/ PRENDRE DU VIEUX MATERIEL pour nager, courir et/ou rouler avant l'épreuve.
Comme les combinaisons étaient sèches, nous ne voulions pas les humidifier la veille, même réflexion pour le cuissard vélo et de course à pied, tous le matériel étant super bien emballé et prêt, nous n'avions pas envie de tout défaire au risque d'oublier un matos lors du dépôt des sacs, du coup pas de sortie pépère la veille de la course on connait le résultat : mauvaise surprise dans le parc à vélo!
Nous tenterons un jour la combi tri-fonction en double mais nous attendrons les sponsors ....

Pour les TOPS....

1/ LES LUNETTES DE NATATION ZOGGS PREDATOR FLEX.
Les verres se teintent en fonction de la luminosité ce qui est très pratique pour repérer rapidement les bouées. Le prix reste un peu élevé !

2/ LE CUISSARD COURT DE CYCLISME ASSOS T.CENTO S7.
Acheté une semaine avant avec 2 sorties seulement et un lavage (important)
Des sensations inhabituelles au départ en raison de l'ergonomie de sa peau mais en position aéro sur le vélo...180 kms de pur bonheur avec aucun échauffement ni problème de périnée. Magali a aussi acheté cette marque mais sans les bretelle. Pour le nom...H.LAALALAI S7 (ce n'est pas une blague !). Elle est bizarrement tombé amoureuse de sa selle...Concernant le prix, il faut un peu serrer les dents mais il est parfois plus compliqué de serrer les fes...surtout sur de la longue distance !

3/ PRODUIT LUBRIFIANT ANTI FROTTEMENT TRISLIDE.
Un produit magique que ce soit pour la natation avec la combi, que pour le cuissard de vélo. Ce produit est très pratique avec son spray. La conclusion est sans appel : aucun échauffement durant ce triathlon pour CAPTRAIL.

4/ PRODUITS OVERSTIMS SALTY MIX saveur tomates-pâtes.
Ayant l'habitude des épreuves longues distances en trail, les produits salés restent d'une importance capitale pour moi mais pour les manger sur un vélo sans s'arrêter, cela reste un vrai sport pour moi (no comment Mag!). Ces petites gourdes sont fabuleuses : goût comme au resto italien (manque le parmesan !) et composition antioxydante. Un vrai moment de bonheur sauf l'ouverture (bouchon trop gros et fortement fixé lors de la première ouverture).alors dévissez le bouchon et revissez le, cela facilitera les manipulations sur le vélo.

5/ PRODUIT OVERSTIMS HYDRIXIR LONGUE DISTANCE
Boisson d'hydratation pour les gourdes du vélo. En effet, CAPTRAIL a toujours adopté ISOXAN SPORT PRO dans toutes ces épreuves d'ultra trail ou de ski mais nous avons changé en raison de la présence de protéine dans l'HYDRIXIR.

Cependant, nous avions gardé ISOXAN (premier amour !) pour la boisson d'attente avant la natation et les 2 jours avant la compétition.

6/ PRODUIT OPTIMUM NUTRITION AMINO ENERGY.
Nous avons fait une gourde au 120 ème kilomètres afin d'avoir une boisson riche en BCAA, Taurine, Caféine et énergétique. Aucune baisse d'énergie dans les jambes (heureusement en raison de la panne de mon DI2).

7/ VIDEO YOUTUBE sur la préparation des sacs...les liens en cadeau !

Tout en restant à notre place de néophyte, CAPTRAIL souhaitait vous faire part des petites choses qui ont fonctionnes ou non afin de vous aider dans vos premiers triathlon longue distance.

Bon entrainement...

Les TOPS
Les TOPS

Les TOPS

Préparation des sacs

La technique du bidon coupé pour mettre les gels,etc

Repost 0
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 09:18
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI

CAPTRAIL voulait renouer avec la compétition (surtout Cyrille) et la longue distance. Inscrits au club de triathlon de La Rochelle (Excellent club au passage) en février 2016, nous nous étions fixé un nouvel objectif mais cette fois sur 3 épreuves afin de réduire les traumatismes de l'Ultra trail et surtout de nos 2 années à La Réunion.

Quoi de plus logique (pour nous !) que de s'orienter vers une distance IRONMAN mais en France cette fois ci au cas où l'abandon "pointerait son nez".
CAPTRAIL a donc choisi de participer au FRENCHMAN (ancien IRONMEDOC) à HOURTIN (à côté de Bordeaux). Pas trop loin de La Rochelle donc peu de dépenses financières (et oui, il faut aussi y penser car le matériel de triathlon n'est pas donné !).

Arrivés 2 jours avant l'épreuve du samedi 28 Mai, nous découvrons la région et préparons tranquillement nos affaires. Un peu plus complexe que l'ultra trail (Sac prêt en 1 heure), il a fallu faire des fiches matériels et produits pour ne rien oublier. Cependant, nous avons juste gardé l'habitude de tout mettre en sol à l'appartement afin de mieux "checker" cette liste bien fournie...

Pas trop de stress avant la compétition car notre but était de terminer et rien d'autre. Pour un troisième triathlon et premier XXL, il fallait être "modeste".

Stress, quelque chose que CAPTRAIL gère globalement bien donc.....facile jusqu'à la mise au parc à vélo la veille!

Décontractés et souriant voir euphorique, nous rentrons avec nos vélos pour préparer notre "stand de course" (désolé pour la terminologie !).
Sacs de transition déposés, vélo en préparation...et léger graissage de la chaîne. Pour Magali pas de soucis. Elle vient me voir avec ma superbe machine de guerre DI2 et....impossible de changer les pignons. Au bout de 5 minutes, le constat est simple. Les plaques avant fonctionnent mais pas l'arrière. Je vais voir les organisateurs pour demander un mécano et personne ne répond présent. J'appelle mon magasin de vélo et commence les manipulations par téléphone. Super pro, il me demande de faire différentes actions mais rien. La fermeture du parc a lieu dans quelques minutes. Je demande conseille à Mr SAMSON Benjamin (organisateur et grand triathlète) face à mon vélo et il me dit simplement : "arrêtes d'entamer ton capital stress et avec un 52*12 cela devrait passer sur ce parcours". Encourageant mais pour un néophyte amateur....au secours.

Après discussion avec Mag et fermeture du parc à vélo, nous décidons de nous rendre à la Pasta party au restaurant. La magie de la discussion en couple et décision finale : je ferais l'épreuve et oublie ce problème.

Après une nuit et quelques passage de TOP (techniques d'optimisation du potentiel), nous déjeunons comme pour un ultra.

- gâteau energy sport au chocolat (gourmand), pain et confiture fruits rouges, café léger, quelques gélules de BCAA magnésium, homéopathie et un jus multi fruits

CAPTRAIL se rend ensuite au rendez vous des bus pour nous amener au départ sur la plage du lac. Combinaisons ZEROD et un peu de TRISLIDE (produit anti frottement que nous vous conseillons), nous nous retrouvons les pieds dans l'eau à 06h40. L'organisation nous demande de nous échauffer et de "goûter" cette eau non salée. Température excellente (plus chaude qu'aux entraînements en mer à La Rochelle !).

Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI

07h00, la tension monte, tous les nageurs se rassemblent, le drone du service com passe au dessus de nos tête, la musique augmente et à ce moment précis, je me demande pourquoi CAPTRAIL est présent !!!!

Dernier bisous (rituel immuable) et départ de cette mini horde (environs 400 participants) dans ce lac paisible.

Pour simplifier l'article, CAPTRAIL vous fera part individuellement de ses sensations de course :

Pour ma part :

Pas de nage sur les 100 premiers mètres car nous avions pieds mais une espèce de technique de marche avec les bras en crawl...esthétiquement nul et certainement peu efficace mais j'étais "bien". Puis je rejoins le "bouillons" d'athlètes ultra motivés. Quelques gifles et coups de pieds (il paraît que c'est normal !) après, me voilà lancé en prenant la décision de garder à droite les bouées et de passer au plus prêt. Le cap maintenu je remonte les concurrents mais garde en tête la suite des événements.

Sorti 34 ème de l'eau, je prends mon temps pour me changer avec mon "superbe" cycliste ASSOS (pour les pro, "prendre son temps" ne fait visiblement pas parti de leur vocabulaire !) et je saisis mon cher ZOUMZOUM (nom de mon vélo) pour 180 kms de plaisir incommensurable...

La réflexion sur cette course est simple : 2 plaques (39 et 52) et 1 pignon (12). La technique mis en place (dans la nuit !) : je mange sur du 39 et tout le reste en 52. Le mental se transforme avec du Self-talk et les kilomètres passent. Les relances des changements de direction se font en danseuse ainsi que les courtes montées. 5H46 après et une "bonne" gestion de course pour préserver (le mot est fort car le 52*12 "pique un peu" !) le capital quadri, je passe à la course à pied. Qu'il n'en déplaise au pro, je "reprends mon temps" pour me préparer (sécher mes pieds à cause de la pluie,etc) et aborde le marathon. J'ai juste oublié mon cri de guerre en arrivant des 180 kms car ma "mission" était accomplie avec ce problème de DI2.

Le marathon, que vous dire. Depuis le mauvais souvenir de celui de La Rochelle où je me suis arrêté au 4 ème kilomêtre et 250 mètres (merci SUUNTO Ambit !). Après radio et écho, fissure du ménisque médian. Mon médecin du sport ne voulant pas m'opérer tout de suite m'a conseillé des semelles ortho, de maigrir (cool, pour préparer les plages !) et de ne pas trop courir longtemps (maximum 2 fois par semaine). Il me fallait donc assurer ce marathon et croiser les doigts !. La douleur (légère) est arrivée après le semi donc j'ai décidé d'alterner la marche rapide et la course (vive l'ultra !). Un seul but pour moi, terminer ce FRENCHMAN. Magali me talonne de prêt car elle remonte les concurrents et nous nous croisons régulièrement sur les boucles. Puis, la ligne d'arrivée et je vois le temps...11h59'14'' et décide donc d’accélérer pour terminer en moins de 12h. Chose faite !

Globalement le corps a bien tenu (merci aux quadriceps) et je n'ai pas de douleurs comme en ultra (terminer dans un état de ZOMBI, n'est pas super!).

Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI

Et du côté de Mag :

Pour gérer le stress de ce nouveau type de compétition je n'ai cessé de me dire que je participais à un ultra, traduction : ne pas s'affoler, c'est long, ça fait mal et surtout ça se joue dans les dernières heures !!!
J'ai géré l' ensemble de cet Iron comme un ultra : ne pas partir dans les derniers sinon c'est trop de temps perdu sur la première partie de course. Chose faite avec le départ natation ou malgré mon envie de retourner au bus, je suis restée sur les premières lignes !

Le départ donné, après quelques minutes passées dans un bouillon infernal, le rythme se pause et les bouées jaunes s’enchaînent je vois un groupe important devant moi, et seuls quelques nageurs autours, je pense faire partie des dernières, l'arrivée dans le port approche et à la sortie de l'eau j'apprends que je suis 3 eme fille !

Transition Natation vélo : je n'ai qu'une seule idée: de rien oublier, penser au moindre détail pour ne pas avoir de souci pendant 180 Km.
J'avais répété cette transition des centaines de fois dans ma tête, et je suis restée lucide pour bien entamer le vélo.

Les 180 km de vélo se passent bien, je suis étonnée de n'avoir pas mal au dos et surtout aux fesses mon super nouveau cuissard fait des merveilles ! Les boucles s’enchaînent ce qui me permet de compter les filles devant moi, je suis 5 eme, et la 6 eme n'est pas loin derriére !

Le vélo se termine, comme en ultra j'ai passé 180 km à penser à boire, à manger mes gels, boire, manger, encore boire et manger régulièrement, je croise Cyrille qui tient le coup avec son pignon fixe ça me rassure !

Transition vélo course à pied, moins de matériel que pour le vélo, c'est plus facile a gérer ! j'attaque ma transition, un coup d’œil sur la montre je suis à 11.5 km/h sans m'en rendre compte !

Je sais que la route va encore être longue et je décide de prendre mon rythme ultra, petit à petit mon allure baisse à 10 km/h.
Dans de début de la seconde boucle, une fille me dépasse à grande foulée, je décide de la laisser passer, fidèle à mon adage "c'est un ultra on comptera les points à la fin !".
Je prends un ravito sur deux pour bien m'hydrater, la fin de la 2 eme boucle approche le semi est passé et tout va bien ! Mon allure est passée à 9.5 km mais c'est ce que j'avais prévu donc tout va bien, début de 3 eme boucle je rattrape la fille, qui est visiblement cuite !
Avec mon rythme de croisière je sais que je peux finir cette épreuve sans souci !
Fin de la troisième boucle : catastrophe ! J'ai perdu ma montre SUUNTO ! J'entame la 4 eme et dernière boucle en regardant le sol pour la retrouver, je ne pense à rien d'autre et du coup la boucle passe trop vite ! Dernier ravito j'apprends qu'ils ont retrouvé la SUUNTO, trop contente ma joie à l'arrivée ne sera pas gâchée !
Plus que quelques mètres et Cyrille m'attend. Il vient de finir et passe la ligne avec moi, comme au bon vieux temps des ultra ! Au final je termine mon marathon en 4h15 et 5 eme fille au général pour un premier, je n'imaginai pas un tel résultat !

En espérant que CAPTRAIL vous a fait participer émotionnellement à ce nouveau type d'épreuve.

Nous écrirons un autre article sur le matériel et les produits que nous avons utilisés. Deux cathégories : les tops et les flops...

Il nous reste maintenant notre deuxième challenge, celui des 5 kms en mer du défi MONTE CRISTO non loin de Marseille qui aura lieu les 18 (pour Mag avec palmes) et 19 (pour moi sans palmes) juin 2016. Encore trois semaines de préparation avec en objectif...du kilomètrage piscine et mer !

Enfin, un grand merci un club de triathlon de La Rochelle pour les entrainements et les encouragements tout au long de l'épreuve.

Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Quand CAPTRAIL mute vers CAPTRI
Repost 0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 18:48
Et 1, et 2, et 3…CAPTRAIL se met au Triathlon !

CAPTRAIL cherchait un projet pour l’année 2015 sans que cela soit un ultra trail….finalement ça sera :

Un Ironman en Afrique du Sud !

Un projet un peu fou mais le 29 Mars 2015, nous serons sur la ligne de départ à Port Elizabeth (Afrique du Sud).
Pour ceux qui découvrent cette discipline, il s’agit de nager 3,8km, de rouler (en vélo et non autre chose !) 180 km puis de courir 42,185 km (soit un marathon). Simple non ?

Depuis 2 mois, CAPTRAIL a commencé l’entrainement mais il fallait trouver une épreuve test à la Réunion.
Après un premier essai sur marathon à Saint Paul le 29 juin (tout juste 2 mois après le Mont Fuji), nous voilà inscrit au triathlon du sud le 21 septembre 2014.
Cette épreuve comprenait 1,5 km de natation, puis 45 km de cyclisme jusqu’à Cilaos et enfin 10 km de course à pied.

Un format « M » mais avec la particularité d’avoir une épreuve de cyclisme qui ne fait que monter (quelques descentes mais vite passées !) et un parcours de course à pied qui….monte lui aussi (un aller retour jusqu’au sentier de Kerveguen).

Quelle expérience ! Un véritable « régal » qui nous change totalement des ultras.

Je vous passe les détails de notre arrivée au parc à vélo à 04h30…Préparation de la transition (merci aux fiches de chez GARMIN !) et à ce moment, nous regrettons l’ultra. Un sac et GO !

Les chaussures de vélo bien ouvertes, les lunettes, le casque, etc sans compter le repérage de nos vélos (simple, ce ne sont pas des machines à 5000 euros !!!!) ’après la sortie du lagon. Un grand moment de solitude mais des amis triathlètes étaient présents pour nous aiguiller. Un grand merci à eux.

Après un briefing sécu comme d’habitude, direction la plage de Saint Pierre pour le départ.

06H15, un dernier bisou et « dans le bain ».
Partis derrière tout le monde, nous avons essuyé les « turbulences » du départ.
Au bout de quelques minutes, j’ai craqué et des « vieux » instincts sont remontés à la surface (sans jeux de mots) pour à mon tour me faire de la place.
Désolé pour ceux que j’ai malheureusement « tendrement percutés ».

Nous nous sommes perdus de vue avec Mag et chacun a fait sa course comme prévu.

Magali avec sa superbe combinaison V FLEX (ZEROD) a fait son parcours natation sans problème. Tout comme moi, au niveau de la transition, il reste quelques petits réglages à prévoir pour l’ironman !.

Captrail sortira de l'eau en 26’30“ (Ma) et 20’50“ ( Cy).

Puis le parcours cyclisme : quelques gels et barres céréales au début puis les montées s’enchainent. Un programme simple entre montées, virages, montées, virages, et…une descente puis re-montées,etc.

Mag a doublé de nombreux concurrents et s’est véritablement senti à l’aise sur ce type de parcours engagé. Pour ma part, j’ai géré en faisant attention à mon ancienne déchirure au mollet. Mais aucune douleur.Le top !

Captrail mettra 2h44 (Ma) et 2h34 (Cy) pour arriver à Cilaos.

Puis une nouvelle fois la transition : rapide pour nous deux.

Enfin, la cerise sur le gâteau, la course à pied et « pédagogiquement » au bout de 500m, le début des montées. Les 5 premiers kilomètres enchaînent les UP and DOWN puis un retour axé sur de la descente.

Captrail bouclera cette course en 59’13 (Mag) et 59’10 (Cy).

Au final, nous occuperons les 51 ième et 63 ième position au scratch (sur 79) en 3h59 et 4h17.

Mais contre toute attente, Magali terminera 2ième au classement féminin. Podium, prix, cadeaux, la véritable star. Elle était à 7 minutes derrière la première !

Pour terminer, que d’émotions dans ce sport. Ces trois disciplines nous correspondent bien et c’est tant mieux pour l’ironman. Du plaisir, rien que du plaisir ! Et surtout, enfin une épreuve où l’on dort à la maison le soir…

Un grand merci à l’organisation, aux bénévoles et aux copains. Merci aussi à la famille d’Hub pour nous avoir redescendu à Saint Pierre.

Pour information, le premier, ZAMORA Marcel (catalan)a terminé en 2h49 (allez voir sur internet, il est connu !)

Rendez-vous à l’Ironman d’Afrique du Sud en 2015…

Oups, j’avais oublié que nous avons eu 2 places pour la Diagonales des Fous 2014 ! Dossard 1800 (Cyr) et 2237. Affaire à suivre !

Et 1, et 2, et 3…CAPTRAIL se met au Triathlon !
Et 1, et 2, et 3…CAPTRAIL se met au Triathlon !
Et 1, et 2, et 3…CAPTRAIL se met au Triathlon !
Et 1, et 2, et 3…CAPTRAIL se met au Triathlon !
Et 1, et 2, et 3…CAPTRAIL se met au Triathlon !
Et 1, et 2, et 3…CAPTRAIL se met au Triathlon !
Et 1, et 2, et 3…CAPTRAIL se met au Triathlon !
Et 1, et 2, et 3…CAPTRAIL se met au Triathlon !
Et 1, et 2, et 3…CAPTRAIL se met au Triathlon !
Et 1, et 2, et 3…CAPTRAIL se met au Triathlon !
Et 1, et 2, et 3…CAPTRAIL se met au Triathlon !
Et 1, et 2, et 3…CAPTRAIL se met au Triathlon !
Et 1, et 2, et 3…CAPTRAIL se met au Triathlon !
Et 1, et 2, et 3…CAPTRAIL se met au Triathlon !
Et 1, et 2, et 3…CAPTRAIL se met au Triathlon !
Et 1, et 2, et 3…CAPTRAIL se met au Triathlon !

en attendant la vidéo de cette année !

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de captrail
  • Le blog de captrail
  • : Vous faire partager notre passion du trail et du triathlon : Après les Pyrénées Orientales et l’île de la Réunion, de nouveaux défis nous attendent en Charente Maritime et à travers le monde. Pour 2017 objectif: Une qualification pour le championnat du monde triathlon à Hawaï.
  • Contact

Recherche